De peau et d’os… et de l’esprit de synthèse